'

#EESC dévoile cinq leaders pour son Prix de la société civile 2019

Cette année, le CESE honore des initiatives citoyennes remarquables qui défendent l’égalité des chances pour les femmes et les hommes et contribuent à renforcer le pouvoir des femmes dans la société et dans l’économie. Le Comité économique et social européen (CESE) a annoncé qu’il avait sélectionné cinq finalistes parmi les 177 projets reçus pour son Prix de la société civile 2019, consacré à l’autonomisation des femmes et à la lutte pour l’égalité des sexes. Les candidatures présélectionnées proviennent de Belgique, Bulgarie, Finlande, Italie et Pologne.

La cérémonie de remise des prix aura lieu le 12 décembre lors de la session plénière du CESE à Bruxelles, à l’occasion de laquelle le classement final sera révélé. Le prix total, soit 50 000 euros, sera partagé entre les cinq nominés. Le gagnant du premier prix rentrera chez lui avec 14 000 € et les quatre finalistes recevront chacun 9 000 €. Le thème de cette année, Davantage de femmes dans la société et dans l’économie de l’Europe, a attiré le deuxième plus grand nombre de participants en plus de dix ans, juste derrière le thème de la migration de 2016.

Les candidats proviennent d’au moins 27 États membres, ce qui montre l’intérêt général manifesté par les citoyens et les organisations de la société civile pour agir contre les inégalités entre les hommes et les femmes, qui occupent toujours une place prépondérante en Europe.

Isabel Caño Aguilar, Vice-présidente du CESE chargée de la Communication, a déclaré: «Les nombreuses candidatures reçues ont révélé que l’égalité des sexes est au cœur des aspirations de la société civile. Ils mettent en lumière le travail des femmes et leur rôle novateur dans la société. Ils promeuvent des femmes dynamiques, visionnaires, courageuses, audacieuses et fortes. Ils répondent aux besoins spécifiques des femmes vulnérables ou défavorisées et s’attaquent à la discrimination fondée sur le sexe et aux stéréotypes dans tous les domaines de la vie. »

Les cinq nominés, énumérés ici par ordre alphabétique, sont les suivants:
Le projet Fairy Tales, de l’association bulgare NAIA, encourage les enfants d’âge préscolaire et leurs parents à lire les contes de fées classiques dans une perspective différente et à adopter une approche critique des rôles de genre stéréotypés inculqués aux garçons et aux filles dès leur plus jeune âge. Le projet souhaite encourager les enfants à regarder au-delà des rôles de genre traditionnels pour exprimer leur potentiel personnel et à voir que de nombreuses opportunités sont offertes aux filles et aux garçons.

#mimmitkooda (Code des femmes), un programme de l’Association finlandaise du logiciel et du commerce électronique (Ohjelmisto- ja e-business ry) combat le stéréotype selon lequel les développeurs de logiciels devraient être des hommes par défaut. Le programme apporte avec succès davantage de femmes talentueuses à l’industrie du logiciel et les aide à trouver des emplois et des carrières mieux rémunérés.

Polish Women’s Strike est le plus grand mouvement de femmes en Pologne et cherche maintenant à autonomiser les femmes activistes invisibles et ignorées dans les petites et moyennes villes, car elles représentent la force majeure du changement social. Le mouvement a fait les gros titres de la presse mondiale avec sa grève du lundi noir d’octobre 2016, lorsqu’il a organisé plus de 1 500 manifestations et manifestations dans 150 villes polonaises pour revendiquer les droits des femmes et des droits civiques et a condamné la répression exercée par le gouvernement sur l’indépendance du pouvoir judiciaire.

The Brussels Binder est une base de données d’experts en politiques qui contribue à assurer une meilleure représentation des femmes dans les débats sur les politiques européennes. Compilé et géré par un groupe de volontaires dévoués en Belgique, son objectif est de mettre fin aux privilèges masculins dans la «bulle européenne» et de devenir une ressource incontournable pour la recherche de femmes experts en politique. Cela améliorera l’équilibre hommes-femmes des panels et des médias à Bruxelles et garantira que les lois et les politiques tiennent compte des besoins et des opinions spécifiques des femmes.

Une association italienne, Women’s Toponymy, estime que la toponymie – l’étude des noms de lieux – révèle la façon dont la société perçoit ses membres. Ses recherches ont montré qu’en Italie, seules 7,8 rues avaient été nommées d’après des femmes pour 100 personnes et que la majorité des prénoms féminins étaient d’origine religieuse. La toponymie féminine vise à augmenter le nombre de lieux portant le nom de femmes remarquables et à informer les jeunes générations de leur importante contribution à la société et à l’histoire, de manière à donner aux femmes la reconnaissance publique qu’elles méritent.

Commentant le choix du thème du prix de cette année, Caño Aguilar a déclaré: «Le temps passe. L’inégalité des chances entre hommes et femmes demeure. De nos jours, il est inacceptable que les femmes, qui représentent plus de la moitié de la population de l’UE, souffrent toujours de discrimination et de violence de genre. ”

En dépit des progrès réalisés au cours des dernières décennies et du fait qu’il s’agit d’un des principes fondateurs de l’UE, l’égalité entre les hommes et les femmes est toujours un rêve dans l’UE, les femmes continuant de gagner moins que les hommes. L’écart de pension entre hommes et femmes atteint un niveau stupéfiant de 38%, ce qui rend la pauvreté chez les personnes âgées de plus en plus féminine. Les femmes restent une petite minorité parmi les décideurs politiques et les dirigeants d’entreprise et ne représentent que 31% des entrepreneurs.

Tags: , , ,


About the Author



Back to Top ↑