'

L’avenir du Sahara occidental

Louis Michel, ancien ministre d’État, et Jacques Brotchi, président honoraire du Sénat belge, ont publié aujourd’hui le communiqué conjoint suivant.

“En politique, le moment est décisif. Il nous fait comprendre la nécessité de suivre l’histoire. C’est pourquoi nous nous posons la question de l’avenir du Sahara occidental, qui s’est posée au fil des ans, des conflits, des accords diplomatiques entre l’Algérie, l’Espagne , La Mauritanie et le Maroc, au détriment de la population locale, en droit de revendiquer une vie dans la dignité, la paix et un avenir prometteur.”

“pensons que le processus de ce différend a besoin d’un nouveau souffle pour mettre fin aux actions de déstabilisation dans la région sahélo-saharienne particulièrement stratégique et dangereuse. L’avenir de l’Europe dépend de la stabilité en Afrique et plus particulièrement dans cette région, considérée par beaucoup comme la frontière du sud de l’Europe. L’administration Biden, bien consciente des enjeux, ne semble pas vouloir remettre en cause le caractère marocain du Sahara.”

“Les efforts diplomatiques, aussi louables soient-ils, ne permettent pas de débloquer ce conflit gelé entre le Royaume du Maroc et les séparatistes sahraouis, soutenus par l’Algérie”.

“La tenue d’un référendum d’autodétermination par l’ONU semble abandonnée et n’est plus abordée dans les textes de l’ONU. La proclamation de la République arabe sahraouie démocratique par le Front Polisario en 1976, soutenue par une Algérie en déclin, n’a pas eu le résultat espéré. En d’autres termes, le soutien aux séparatistes, que ce soit en Europe, dans le monde arabe ou en Afrique s’affaiblit. Cette affirmation a été largement confirmée lors de la Conférence ministérielle d’appui à l’Initiative d’autonomie sous la souveraineté du Maroc qui s’est tenue le 15 janvier sous les auspices du Royaume du Maroc et des Etats-Unis. A cette occasion, les participants se sont engagés “à plaider pour une solution basée uniquement sur l’Initiative Marocaine d’Autonomie”. ”

“Cela nous fait dire que nous avançons lentement mais sûrement vers la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, et ce pour des raisons géographiques, politiques et géostratégiques”.

“Il est grand temps que l’Union européenne, en tant qu’acteur mondial, se positionne sur la scène mondiale en promouvant la résolution du conflit car si l’Afrique est principalement concernée, l’Europe et le Moyen-Orient emboîtent le pas. L’Afrique est une condition de la sécurité européenne. “Le Sahel et le Maghreb sont des régions vitales pour la durabilité et la sécurité de notre continent”.

<< Le Maroc, partenaire privilégié de l’UE, pays dynamique et tourné vers l’avenir, pourrait être un acteur régional clé dans la création des conditions d’une solution politique réaliste, sûre, durable et efficace pour le Sahara occidental. Depuis son retour à l’UA, la diplomatie marocaine a été particulièrement active. Un grand nombre de ministres africains se sont rendu à Rabat en visite officielle. Son influence sur le continent se mesure entre autres par le  nombre de consulats ouverts (20 États membres de l’ONU actuellement) depuis 2019 dans les villes de Dakhla et Laäyoune. “

Tags:


About the Author



Back to Top ↑