'

COVID-19: tour du monde des mesures d’incitation pour se faire vacciner


Une bière, un chèque ou l’accès à un musée contre une injection? Dans plusieurs pays où la vaccination contre le Covid-19 patine, les initiatives se multiplient pour convaincre les indécis de sauter le pas. Les autorités sanitaires ne manquent pas d’imagination. Direction l’Italie, la France, la Serbie et surtout les États-Unis, champions en la matière.

C’est en Europe que se trouve le premier pays au monde à payer ses citoyens pour les encourager à se faire vacciner contre le Covid-19. La Serbie a annoncé, début mai, qu’elle versera une allocation de 25 euros à chacun de ses ressortissants déjà vaccinés et à ceux qui accepteront une injection d’ici le 31 mai.

Début mai, seul 1,3 million de personnes avaient reçu les deux doses du sérum anti-Covid dans ce pays balkanique, où vivent 7 millions d’habitants. L’intérêt du public a diminué et la Serbie ne sait plus comment écouler ses vaccins. Des millions de doses que l’État serbe a achetées, aussi bien auprès des laboratoires occidentaux que leurs concurrents chinois et russes. Fin mars, les autorités avaient même invité pendant plusieurs jours des ressortissants des pays de la région à venir se faire vacciner en Serbie.

Bons de 100 dollars, bières, entrée au stade…

Aux États-Unis, où environ 56 % des adultes, soit plus de 145 millions de personnes, avaient reçu au moins une injection début mai, le nombre quotidien de doses administrées est désormais en baisse. Les autorités cherchent à atteindre les indifférents et les sceptiques.

Pour y parvenir, plusieurs États proposent des incitations financières. En Virginie-Occidentale, où la vaccination est ouverte à partir de 16 ans, le gouverneur Jim Justice offre 100 dollars en bons d’épargne aux 16-35 ans, une catégorie d’âge plus réticente à se faire vacciner.

Pour atteindre l’objectif d’au moins 70 % des adultes vaccinés avec une première dose et 160 millions d’Américains entièrement vaccinés d’ici la fête nationale du 4 juillet, le président américain, Joe Biden, est monté au créneau en personne. Il a annoncé des partenariats avec des supermarchés pour garantir des promotions aux acheteurs venant se faire vacciner. Ces réductions vont de 5 dollars par achat à 10 % du ticket de caisse, a précisé le 5 mai Andy Slavitt, conseiller de la Maison Blanche pour la lutte contre le Covid-19.

Certaines grandes ligues sportives offrent aussi des billets gratuits, a-t-il dit. Les fans de baseball se faisant vacciner dans le stade des New York Yankees ou des Mets un jour de match recevront ainsi un billet gratuit pour un prochain match, a annoncé le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo.

D’autres États, municipalités ou services de santé en sont passés par des moyens plus étonnants encore. Le gouverneur du New Jersey, Phil Murphy, a ainsi promis une bière gratuite jusqu’à la fin du mois de mai à toute personne de plus de 21 ans – âge minimum pour consommer de l’alcool – recevant une première dose de vaccin. Quant à la maire de Washington, Muriel Bowser, elle a annoncé une bière gratuite en échange d’une injection du vaccin à dose unique Johnson & Johnson. Mais la promotion était limitée à quelques heures sur une seule journée et dans un seul centre de vaccination de la capitale fédérale.

Vaccin et promotions des grandes enseignes

Outres les initiatives fédérales, de grandes enseignes américaines se sont saisies de l’occasion pour mêler incitation à la vaccination et promotion commerciale. Des magasins de suppléments nutritionnels offrent un en-cas à chaque client montrant sa carte de vaccination. Et une grande chaîne de donuts promet un gâteau gratuit par jour et par personne jusqu’à la fin de l’année. La marque va jusqu’à offrir, chaque lundi, jusqu’à la fin du mois de mai, un café et un gâteau gratuits “pour bien démarrer la semaine” et faire le choix du vaccin.

Et pour se rendre ensuite dans un centre de vaccination, les plateformes de VTC mondialement connues promettent des courses gratuites ou à prix réduit.

Aller au plus près des populations

À New York, où des injections ne trouvent pas preneurs, il est désormais possible de se faire vacciner en une seule dose avec le vaccin Johnson & Johnson dans plusieurs stations de métro, a annoncé, lundi, le gouverneur Andrew Cuomo. Quelque 60 % des près de 20 millions d’habitants de l’État de New York ont déjà reçu au moins une dose de vaccin, selon les chiffres officiels.

Centre de vaccination temporaire dans la gare de Grand Central à New York, le 2 mai 2021.
Centre de vaccination temporaire dans la gare de Grand Central à New York, le 2 mai 2021. © AFP

En France aussi, des initiatives permettent d’aller vacciner les populations au plus près de leur trajet quotidien. Pendant plusieurs jours, l’Assurance maladie a installé à Noisy-le-sec, au pied des tours du quartier du Londeau, un mini centre de vaccination Pfizer sans rendez-vous sous un barnum. La commune est située en Seine-Saint-Denis, l’un des départements français les plus meurtris par la pandémie de Covid-19, or la prise de rendez-vous pour se faire vacciner y est encore difficile, notamment pour les plus précaires. Contrairement aux États-Unis, la vaccination en France n’est pas encore élargie à l’ensemble de la population et reste théoriquement réservée aux plus de 50 ans et aux personnes fragiles.

Un barnum installé par l'Assurance maladie à Noisy-le-Sec, en banlieue parisienne, le 7 mai 2021.
Un barnum installé par l’Assurance maladie à Noisy-le-Sec, en banlieue parisienne, le 7 mai 2021. © AFP

Des lieux de vaccinations insolites

En Italie, où comme en France, la vaccination n’est pas encore ouverte à tous, plusieurs centres de vaccination ont été ouverts, fin avril, dans des temples de la culture, comme le musée de Capodimonte près de Naples, alors fermé au public. Les personnes tout juste vaccinées ont eu le privilège d’admirer des tableaux de Botticelli et du Caravage, rapatriés spécialement pour eux dans une salle de repos après l’injection. La vaccination leur a aussi donné le droit d’accéder à la promenade dans l’immense jardin botanique du musée. À Turin, un étage du musée d’art contemporain a été réservé à la vaccination.

Dans l’idée cette fois de se rapprocher au mieux des habitudes quotidiennes, en Sicile, des centres de vaccination ont élu domicile dans les églises, plus particulièrement durant le très symbolique week-end de Pâques.

Un "vaporetto" de Venise utilisé comme centre de vaccination pour les habitants de Sant'Erasmo et de Le Vignole.
Un “vaporetto” de Venise utilisé comme centre de vaccination pour les habitants de Sant’Erasmo et de Le Vignole. © AFP (Archive)

À Venise, des vaccinations se sont faites sur un bateau bus aménagé afin d’accueillir la population de plus de 80 ans de l’île de Sant Erasmo, dans la lagune, pour qui les déplacements jusqu’aux hôpitaux peuvent être compliqués.

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑