'

Le Conseil de l’Europe lance une nouvelle stratégie pour l’égalité des genres

La parité hommes-femmes suppose des droits égaux à tous les niveaux et dans tous les domaines de la vie publique et privée y compris l’accès aux ressources et leur distribution. L’indépendance économique et l’autonomisation des femmes sont des conditions préalables essentielles pour une égalité effective entre les sexes et pour des sociétés équitables et durables.

Cependant le contexte actuel, marqué par des mesures d’austérité, des difficultés économiques croissantes, des inégalités sociales croissantes ainsi que l’arrivée massive des migrants en situation irrégulière, a engendré une diminution importante des ressources disponibles pour les politiques d’égalité de genre.

Dans ce contexte, le Conseil de l’Europe lance une nouvelle stratégie pour l’égalité des genres, présentée    dans la publication «Stratégie du Conseil de l’Europe pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2018-2023 » . Cette étude prend en compte les difficultés rencontrées par les États membres de l’Organisation dans la mise en œuvre de la stratégie 2014-2017 et les relie aux situations économiques et sociales actuelles, qui ont créé de nouveaux défis et aggravé certains des problèmes existants. Cela se caractérise par un déclin du respect des droits humains des femmes, marqué par une recrudescence de la violence sexiste, un manque d’infrastructures sociales telles que des places en crèche, et de soutien économique comme un congé parental équitablement rémunéré.

La présente stratégie insiste tout particulièrement sur l’importance de l’autonomisation des femmes, en soulignant l’urgence de résoudre les disparités persistantes entre les genres en matière d’emploi, de salaires et de pensions. Seule une participation accrue des femmes à l’économie et la jouissance des droits économiques et sociaux sans discrimination permettront une véritable égalité entre les femmes et les hommes, ce qui est indispensable pour des sociétés équitables et durables.

La publication attire également l’attention sur la répartition déséquilibrée des responsabilités dans la vie privée et familiale. L’importance des congés de maternité et de paternité et le partage égal du travail domestique et de soins non rémunérés devraient être promus pour briser les stéréotypes sexistes, garantir l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle pour les femmes et les hommes et se rapprocher d’une véritable égalité entre les sexes.

Enfin, la nouvelle stratégie tient également dûment compte des motifs croisés de discrimination basés sur l’origine ethnique, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre notamment, qui marginalisent de façon disproportionnée certains groupes de femmes. En effet, au-delà de la discrimination fondée sur le sexe, les femmes sont fréquemment soumises simultanément à un ou plusieurs autres types de discrimination. S’appuyant sur cette interaction de facteurs, la nouvelle stratégie reconnaît le défi important de garantir la protection à toutes les catégories des femmes, y compris les femmes issues de groupes défavorisés telles que les femmes roms, les femmes handicapées, les migrantes et les réfugiées.

Un engagement plus ferme des Etats membres du Conseil de l’Europe est donc nécessaire pour mettre en œuvre une égalité pleine et effective entre les femmes et les hommes à tous les niveaux de la vie, avec une attention particulière accordée à la mise en place de conditions sociales et économiques renforçant l’autonomisation des femmes. De telles politiques profiteront aux générations futures et à la société dans son ensemble.

Des copies papier en français et en anglais sont disponibles sur demande via docrequest@coe.int. Elles seront envoyées après la levée des restrictions sanitaires dues à l’épidémie du coronavirus actuellement prévue pour 11 Mai.

Tags: , , ,


About the Author



Back to Top ↑