'

#IntelligenceArtificielle doit profiter à tout le monde, prévient #EESC

Le Comité économique et social européen (CESE) adopte une position ferme sur l’intelligence artificielle et a insisté, lors d’une conférence à haut niveau tenue à Helsinki le 21 novembre 2019, pour que la révolution numérique ait un visage humain, qu’elle soit inclusive et qu’elle apporte des avantages pour tous les européens.

L’intelligence artificielle et la transformation numérique doivent être inclusives et générer des avantages pour tous les Européens, y compris les groupes vulnérables. Lors de la conférence de haut niveau sur l’intelligence artificielle, la robotique et les services numériques au service du bien-être des citoyens, organisée par le CESE à Helsinki le 21 novembre 2019 en coopération avec la présidence finlandaise de l’UE et les ministères finlandais des Affaires sociales et de la Santé et des Transports. et communications, les membres du CESE ont réaffirmé que les personnes doivent rester au cœur des nouveaux développements technologiques.

Ariane Rodert, présidente de la section “Marché unique, production et consommation” (INT) du CESE, a souligné que l’intelligence artificielle constituait l’une des principales priorités politiques de la présidence actuelle du CESE et a déclaré: “L’intelligence artificielle doit être développée de manière sûre et impartiale. et, avant tout, doit être conforme aux valeurs de l’UE. Nous devons veiller à ce que l’intelligence artificielle et ses applications favorisent le bien-être et l’autonomisation des personnes, dans le respect des droits fondamentaux. ”

Pierre Jean Coulon, président de la section spécialisée “Transports, énergie, infrastructures, société de l’information” (TEN) du CESE, a déclaré: “La numérisation est omniprésente: dans les domaines de la santé, des transports et de l’énergie, et affecte la vie de chacun . Pour cette raison, nous devons réglementer les développements dans ce domaine, afin de nous assurer que tout le monde peut contribuer et tirer profit de l’économie et de la société numériques. La société civile doit être impliquée et jouer un rôle important en luttant pour la transparence et en protégeant le public. ”

L’événement a abordé les opportunités et les défis offerts par la numérisation et l’intelligence artificielle. En tête de l’ordre du jour figuraient l’impact sur la santé des personnes, la robotique et les outils numériques de pointe, ainsi que les prochaines étapes de l’élaboration des politiques de l’UE. Parmi les orateurs figuraient Mikko Koskinen, qui représentait Johanna Koponen, du ministère des Transports et de la Communication, représentant la Finlande de la Représentation permanente de la Finlande auprès de l’UE, et l’eurodéputée Miapetra Kumpula-Natri.

Les services de santé et de soins numériques peuvent améliorer le bien-être de millions de citoyens en Europe et améliorer considérablement la qualité des services fournis aux patients. Dans le contexte des changements induits par la transformation numérique, les personnes doivent être au centre des soins. La numérisation doit aider les professionnels de la santé, qui doivent acquérir des qualifications et des compétences numériques nouvelles et appropriées, à mieux prendre en charge leurs patients.

«Les outils numériques doivent être un levier pour développer de nouvelles formes d’organisation dans les systèmes de santé et de soins. Cependant, ils ne doivent pas être mal interprétés: ils ne constituent pas un paquet d’économies pour les budgets de la santé et ne doivent pas entraîner de compressions d’effectifs ou de services », a déclaré Diego Dutto, membre du CESE.

La mobilité connectée et automatisée, en particulier les véhicules autonomes sans conducteur, offre des avantages pour notre société en termes de sécurité et de meilleurs services. D’autre part, cela suscite également des inquiétudes. C’est pourquoi, lorsqu’on utilise l’intelligence artificielle, le principe du «commandant humain» doit toujours être respecté: les machines restent des machines et les personnes gardent le contrôle à tout moment.

L’éducation et la formation sont essentielles pour se préparer à la vie numérique et pour apprendre les caractéristiques, les limites et les risques des nouvelles technologies. «La préparation commence à l’école avec le développement de la pensée critique. L’enseignement supérieur spécialisé est important, de même que la formation générale et la bonne attitude vis-à-vis de l’apprentissage tout au long de notre vie », a souligné Ulrich Samm, membre du CESE.

Construire la confiance est une priorité lorsque nous nous attaquons à l’application des technologies de l’intelligence artificielle dans notre société au cours des prochaines années. L’approche doit rester centrée sur l’humain et un système de certification solide basé sur des procédures de test doit être développé, permettant aux entreprises de déclarer que leurs produits d’intelligence artificielle sont fiables et sûrs. L’implication des travailleurs est essentielle, en particulier lors de la mise en place de systèmes d’intelligence artificielle susceptibles d’altérer la manière dont le travail est organisé, supervisé et supervisé.

«L’évolution de l’intelligence artificielle doit être guidée, façonnée et anticipée par le dialogue social et civil. Toutes les parties prenantes doivent être impliquées: décideurs, partenaires sociaux, consommateurs et ONG, ainsi qu’experts et universitaires. Il est essentiel d’identifier et de surveiller en temps utile les évolutions perturbatrices », a conclu Franca Salis Madinier, membre du CESE.

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑