'

En images : Benjamin Netanyahu, retour sur 30 ans d’une vie politique


Benjamin Netanyahu
(image), premier ministre le plus pérenne de l’État hébreu, a quitté ses fonctions, dimanche 13 juin, après un vote de confiance au Parlement sur la nouvelle “coalition du changement”. Retour en date et en images sur plus de trente années passées au pouvoir en Israël.

Benjamin Netanyahu, 71 ans, est l’un des hommes politiques israéliens les plus influents de sa génération. Après trente années au pouvoir, il en a été écarté le 13 juin après un vote de confiance au Parlement sur la nouvelle “coalition du changement”. Mais l’homme assure qu’il n’en a pas fini avec le pouvoir. Déterminé à rester dans les rangs de l’opposition, il promet de revenir prochainement à la tête du pouvoir. Retour sur une carrière politique mouvementée.

Né le 21 octobre 1949 à Tel-Aviv, fils de l’historien sioniste Bension Netanyahu, favorable au “Grand Israël”, Benjamin Netanyahu grandit principalement à Jérusalem. Sa famille immigre à deux reprises dans les années 1950 et 1960 dans la banlieue de Philadelphie, aux États-Unis.

En 1967, il rentre en Israël pour effectuer son service militaire dans un commando d’élite. Il quitte l’armée en 1973, après la guerre de Kippour. Diplômé de la prestigieuse business school du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Boston en 1975, il revient en Israël après le décès l’année suivante de son frère aîné, Yoni, pendant un assaut israélien pour libérer les otages d’un vol Tel-Aviv/Paris en Ouganda.

Fervent défenseur des positions israéliennes dans le conflit israélo-arabe, il se fait rapidement connaître sur la scène nationale et internationale comme un avocat. En 1982, il devient diplomate à l’ambassade d’Israël à Washington, aux États-Unis. Il est nommé ambassadeur aux Nations unies deux ans plus tard.

Mais il fait réellement son entrée en politique en 1988 avec son élection comme député à la Knesset. Étoile montante du Likoud, il grimpe successivement les échelons en devenant tour à tour ministre adjoint des Affaires étrangères (1988–1990), puis conseiller spécial lors des négociations relatives à la conférence de Madrid pour la paix.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Benjamin Netanyahu accuse le Liban et la Syrie de troubles au Moyen-Orient lors de déclarations au Conseil de sécurité des Nations Unies ici le 22 septembre 1986.
Le ministre israélien des Affaires étrangères Benjamin Netanyahu accuse le Liban et la Syrie de troubles au Moyen-Orient lors de déclarations au Conseil de sécurité des Nations Unies ici le 22 septembre 1986. © Bob Person, AFP

Critique vis-à-vis des accords d’Oslo, il entame à partir de 1993 une ascension fulgurante au sein du Likoud. Lors des élections de 1996, il bat Simon Peres, le chef du gouvernement sortant. Benjamin Netanyahu devient ainsi à 46 ans le plus jeune Premier ministre de l’histoire d’Israël. Il reste trois ans au pouvoir jusqu’en juillet 1999.

Benjamin "Bibi" Netanyahu et sa femme Sara saluent la foule alors qu'ils arrivent à la célébration des élections du Likoud à Jérusalem, le 2 juin 1996.
Benjamin “Bibi” Netanyahu et sa femme Sara saluent la foule alors qu’ils arrivent à la célébration des élections du Likoud à Jérusalem, le 2 juin 1996. © Menahem Kahana, AFP

En 2002 il est nommé ministre des Affaires étrangères au moment où les travaillistes quittent le gouvernement. Puis de  2003 à 2005, il occupera le portefeuille des Finances, au sein du deuxième gouvernement d’Ariel Sharon. Il démissionne en août  de la même année, dénonçant le plan de désengagement israélien de la bande de Gaza qui sera mis en œuvre le mois suivant. À la fin de 2005, il prend la tête du Likoud tandis qu’Ariel Sharon décide de créer son parti centriste, Kadima.

L'ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (à droite) et Ariel Sharon, alors Premier ministre, assistant à une réunion du Likoud, à Tel Aviv, le 12 mai 2002,
L’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (à droite) et Ariel Sharon, alors Premier ministre, assistant à une réunion du Likoud, à Tel Aviv, le 12 mai 2002, © Sven Nackstrand, AFP

En 2009, Benjamin Netanyahu redevient Premier ministre, succédant à Ehud Olmert, accusé de corruption. Commence alors 12 années au pouvoir. En 2014, il lance l’opération “Bordure protectrice” contre le Hamas à Gaza, pour mettre fin aux tirs de ro­quettes et dé­truire les tun­nels creu­sés de­puis l’en­clave pa­les­ti­nienne. L’opération est extrêmement meurtrière : 2 251 morts côté pa­les­ti­nien, sur­tout des ci­vils, et 74 morts côté is­raé­lien, es­sen­tiel­le­ment des sol­dats. Pendant ce temps, la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens occupés s’accélère.

Conférence de presse au ministère de la Défense à Tel Aviv le 11 juillet 2014, au de laquelle Netanyahu a déclaré qu'il ne se plierait pas aux supplications mondiales pour arrêter l'opération militaire "bordure protectrice" contre les tirs de roquettes de la bande de Gaza.
Conférence de presse au ministère de la Défense à Tel Aviv le 11 juillet 2014, au de laquelle Netanyahu a déclaré qu’il ne se plierait pas aux supplications mondiales pour arrêter l’opération militaire “bordure protectrice” contre les tirs de roquettes de la bande de Gaza. © Gali Tibbon, AFP

En 2019, il est poursuivi pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires différentes, des charges qu’il nie fermement. C’est la première fois qu’un Premier ministre en exercice est mis en examen en Israël. Son procès s’ouvre en 2020 et se poursuit en 2021. Il risque la prison ferme.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (2e-L), portant un masque protecteur, est photographié à l'intérieur d'une salle d'audience du tribunal de district de Jérusalem le 24 mai 2020, au cours de la première journée de son procès pour corruption.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (2e-L), portant un masque protecteur, est photographié à l’intérieur d’une salle d’audience du tribunal de district de Jérusalem le 24 mai 2020, au cours de la première journée de son procès pour corruption. © Ronen Zvulun, AFP

En 2020, le Premier ministre israélien lance la normalisation des relations diplomatiques entre Israël et quatre pays arabes – les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc – sous le parrainage des États-Unis.

El primer ministro de Israel, Benjamin Netanyahu, y el presidente de Estados Unidos, Donald Trump, hablan tras la firma de los Acuerdos de Abraham, en la Casa Blanca, en Washington, EE. UU., el 15 de septiembre de 2020.
El primer ministro de Israel, Benjamin Netanyahu, y el presidente de Estados Unidos, Donald Trump, hablan tras la firma de los Acuerdos de Abraham, en la Casa Blanca, en Washington, EE. UU., el 15 de septiembre de 2020. © Reuters/Tom Brenner

Au terme d’une crise politique qui pousse Benjamin Netanyahu à tenir quatre scrutins législatifs en deux ans, il est finalement évincé du pouvoir. Le 13 juin, le Parlement vote la confiance au gouvernement du nouveau Premier ministre, Naftali Bennett pour deux ans, avant d’être remplacé par Yaïr Lapid. Environ 2 000 Israéliens ont manifesté le 12 juin, à Jérusalem, pour célébrer la “chute” du “roi Bibi”. Mais l’animal politique ne renonce pas pour autant à la politique. Le 14 juin, il a assuré qu’il restera dans les rangs de l’opposition… avant de reprendre les rênes du pouvoir.

Benjamin Netanyahu est resté douze années au pouvoir en Israel.
Benjamin Netanyahu est resté douze années au pouvoir en Israel. © Menahem KAHANA AFP/File


About the Author



Back to Top ↑