'

Face à la menace du variant Delta, plusieurs pays resserrent la vis

L’OMS a averti d’un risque de nouvelle vague de la pandémie portée par le variant Delta en Europe, au moment où celle-ci lance son pass sanitaire dans l’espoir de relancer le tourisme. En Afrique et en Asie, le nombre des cas augmente à “un rythme alarmant”. Face à cette menace, des pays ont remis en place des restrictions. 

Publicité

Alors que plusieurs pays d’Europe semblaient voir le bout du tunnel et levaient progressivement leurs mesures sanitaires, la branche européenne de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait savoir que le nombre des cas de Covid-19 s’était accru de 10 % la semaine dernière, dans cette région qui compte 53 territoires. Et ce, “en raison de l’augmentation des brassages, des voyages, des rassemblements et de l’assouplissement des restrictions sociales”.

L’Asie et l’Afrique ne sont pas épargnées. Résultat, face à une recrudescence de l’épidémie de coronavirus due au variant Delta, certains pays ont décidé d’établir de nouveau des mesures pour freiner les contaminations.

Portugal : Le pays a franchi, mercredi 30 juin, la barre des 2 000 nouveaux cas en 24 heures, selon le bilan des autorités sanitaires. Il s’agit du plus haut niveau enregistré depuis la mi-février, quand le pays de 10 millions d’habitants se trouvait soumis à un confinement général. Le variant Delta du coronavirus, qui a provoqué un rebond des contagions, est devenu prédominant. Les autorités ont donc décidé de rétablir un couvre-feu nocturne à partir du vendredi 2 juillet, dans 45 communes dont Lisbonne. La réduction des horaires d’ouverture des cafés et restaurants, déjà en place à Lisbonne et dans deux autres communes, va également être élargie à 16 nouvelles villes. Ces établissements devront fermer leurs portes à 22 h 30 en semaine et à 15 h 30 le week-end. 

Russie : Moscou, épicentre en Russie de la recrudescence du coronavirus portée par le variant Delta, a annoncé le retour du télétravail obligatoire pour 30 % des employés des entreprises.

Allemagne : Berlin a d’ailleurs ajouté le Portugal et la Russie à sa liste des pays “à variant”, ce qui interdit pratiquement toutes les arrivées en provenance de ces deux pays.

Espagne : Le port du masque n’est plus obligatoire à l’extérieur depuis le samedi 26 juin, mais un voyage d’étudiants dans l’archipel des Baléares a entraîné un “cluster” géant de plusieurs centaines de cas de Covid-19 et le placement de plusieurs milliers de jeunes en quarantaine dans sept régions du pays.

Royaume-Uni : Le nouveau ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, a maintenu l’objectif de lever, le 19 juillet, les dernières restrictions en Angleterre malgré la hausse des contaminations. Pays d’Europe comptant le plus de personnes tuées par la pandémie (128 000), le Royaume-Uni est progressivement sorti depuis mars d’un troisième confinement, mais certaines restrictions demeurent, empêchant, entre autres, la réouverture des discothèques. 

Bangladesh : Ce pays d’Asie du Sud, où le gouvernement a enregistré une hausse “inquiétante et dangereuse”, imputée au variant Delta, du nombre des cas, est entré, jeudi 1er juillet, dans un confinement strict d’une semaine. L’armée a été déployée pour le faire respecter, tandis que les hôpitaux sont débordés, notamment dans les régions frontalières de l’Inde.

Indonésie:  Le président Joko Widodo a annoncé jeudi 1er juillet que des “restrictions d’urgence” allaient être imposées, alors que le système de santé est également proche de la rupture. Celles-ci seront appliquées à partir du samedi 3 juillet et jusqu’au 20 juillet dans la capitale Jakarta, l’île de Java et celle de Bali, les plus touchées par l’épidémie.

Ouzbékistan : Ce pays d’Asie centrale a enregistré la semaine dernière son record de nouvelles contaminations quotidiennes au coronavirus depuis le début de l’année et a introduit des restrictions dans sa capitale. Les autorités ont annoncé avoir identifié le variant Delta sur leur territoire. L’entrée dans la capitale Tachkent en bus et en voiture nécessite depuis le lundi 28 juin une raison “urgente”, et ce pendant deux semaines. Dans ce pays très majoritairement musulman, la commission gouvernementale en charge de la gestion de l’épidémie a également recommandé la tenue des prières à l’extérieur des mosquées

Australie : Le pays est également confronté au variant Delta, en raison de failles dans les dispositifs de quarantaine pour les voyageurs venant de l’étranger.   Environ 10 des 25 millions d’Australiens ont reçu pour consigne de se confiner dans plusieurs villes. Vendredi, les habitants de Sydney et Brisbane, soit un total de 10 millions de personnes, étaient toujours confinés après l’apparition de foyers épidémiques. Les mesures de confinement éclair prises à Alice Springs, Perth et Darwin et à Gold Coast dans le Queensland ont été levées, mais des clusters continuent de croître, notamment à Sydney. Le Premier ministre Scott Morrison a également annoncé que le nombre de voyageurs pouvant se rendre en Australie serait réduit de moitié. Seules 6 000 personnes sont autorisées chaque semaine à atterrir sur des vols commerciaux en Australie. Elles sont ensuite soumises à une quarantaine obligatoire de deux semaines à l’hôtel.

  • Moyen-Orient

Israël :  L’État hébreux a annoncé, le vendredi 25 juin, de nouvelles restrictions face à une hausse des contaminations. Le pays, qui se targuait d’être sorti en premier de la crise sanitaire grâce à une vaste campagne de vaccination, a rétabli l’obligation du port du masque dans les lieux publics fermés et les entreprises.

Afrique du Sud : Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé, dimanche 27 juin, de nouvelles restrictions dans son pays, le plus touché sur le continent.  “Tous les rassemblements – qu’ils soient en intérieur ou en extérieur – sont interdits”, à l’exception des enterrements, avec un maximum de 50 personnes pouvant y assister, a-t-il dit, précisant que la vente d’alcool était désormais interdite. Le couvre-feu déjà en vigueur a été rallongé d’une heure, de 21 h (19 h GMT) à 04 h (02 h GMT).

Eswatini : Le gouvernement a instauré un couvre-feu et déployé l’armée, officiellement “pour protéger les infrastructures nationales sensibles et faire appliquer les mesures contre le Covid”, a déclaré dans un communiqué le Premier ministre, Themba Masuku. Mais ces mesures ont surtout été prises alors que le pays connaît des manifestations violentes contre la monarchie.

Tunisie : La capitale Tunis et la ville balnéaire de Bizerte, dans le nord du pays, ont été placées en confinement partiel, jeudi 1er juillet. Les rassemblements y sont interdits et les cafés et restaurants ne peuvent plus servir qu’en terrasse ou à emporter. Fêtes publiques, manifestations sportives et culturelles et prières collectives sont également interdites jusqu’au 14 juillet dans les quatre régions du Grand Tunis et dans les villes balnéaires de Sousse et Monastir.

Avec AFP


About the Author



Back to Top ↑