'

Covid-19 : face au variant Delta, l'Écosse met un frein à son déconfinement

La Première ministre Nicola Sturgeon a annoncé mardi mettre en pause le déconfinement dans une grande partie de l’Écosse en raison de la propagation du variant Delta.

Publicité

Le déconfinement bloqué par le variant Delta. Le gouvernement écossais a annoncé mardi 1er juin mettre en pause le déconfinement dans une grande partie de l’Écosse face à la propagation du variant Delta, nouveau nom donné par l’OMS au variant indien. Il appelle par ailleurs le Premier ministre britannique Boris Johnson à faire de même en Angleterre.

“Nous sommes actuellement à un point délicat et fragile” de la lutte contre le virus, a déclaré la Première ministre Nicola Sturgeon, annonçant le maintien en zone deux d’alerte (réunions limitées à six personnes en intérieur, discothèques fermées) de nombreuses régions écossaises, dont la capitale Édimbourg.

Seules certaines zones peu affectées, comme celle d’Aberdeen, pourront passer samedi au niveau un de restrictions, qui permet aux citoyens de se retrouver en groupes plus importants.

Cette décision “difficile et complexe” a été prise face à l’arrivée du variant Delta qui “se propage plus rapidement que les précédents variants”, a-t-elle ajouté, affirmant qu’il constituerait “bientôt la moitié des nouveaux cas quotidiens”.

“Il est plus sûr, avec un nombre de cas aussi élevé dans ces zones et une proportion substantielle d’adultes qui n’ont pas encore reçu leur deuxième dose (de vaccin), de maintenir ces zones au niveau deux pour une période supplémentaire”, a souligné Nicola Sturgeon.

Un allègement des mesures à Glasgow

La ville de Glasgow, la seule zone jusque-là maintenue au niveau trois d’alerte (cinémas et stades fermés, pas d’alcool servi en salle) pourra quant à elle relâcher un peu ses mesures restrictives samedi, face au nombre de cas “stable” et qui “commence à diminuer”, a annoncé la Première ministre.

Pays le plus meurtri d’Europe avec presque 128 000 morts, le Royaume-Uni a donné à chacune de ses provinces le pouvoir de décider de sa stratégie face au virus.

L’Écosse, qui enregistre actuellement le taux de contamination le plus élevé au sein des quatre nations constitutives de ce pays, a pour sa part opté pour une approche ultralocalisée pour sortir du confinement, adaptant les mesures restrictives d’une région à l’autre en fonction du taux d’incidence du virus.

La décision écossaise augmente la pression qui pesait déjà sur Boris Johnson pour qu’il suive la même tactique en Angleterre, où des poussées du variant Delta, d’abord apparu en Inde, pourraient compromettre la levée des dernières restrictions, initialement prévue pour le 21 juin. Les experts ont effectivement mis en garde contre une troisième vague potentielle au Royaume-Uni, qui enregistre plus de 3 000 nouvelles infections quotidiennes ces derniers jours contre autour de 2 000 il y a peu.

Avec AFP


About the Author



Back to Top ↑