'

Guy Verhofstadt : “Il faudra trois plans de relance à 750 milliards d'euros”

Le 9 mai dernier, à l’occasion de la Journée de l’Europe, a été lancée à Strasbourg la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Et cet avenir est entre vos mains, vous, les citoyens européens. Cette consultation populaire pour réformer l’Union européenne va durer un an. Nous recevons l’un des trois coprésident du comité exécutif, l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt, actuel député européen du groupe Renew Europe.

Publicité

La Conférence sur l’avenir de l’Europe

“C’est le moment où jamais de décider quel est l’avenir de cette Union européenne et comment la réformer pour la rendre beaucoup plus efficace,” affirme Guy Verhofstadt. Et c’est l’objet de la Conférence sur l’avenir de l’Europe. En participant à cette consultation, les citoyens européens auront l’occasion de proposer des pistes de réflexion, aussi bien sur la plateforme de la Conférence qu’en s’inscrivant aux quatre conventions citoyennes qui se tiendront sur un an. “Ce sera la première fois que des représentants des citoyens vont entrer en dialogue avec les représentants des Parlements nationaux, du Parlement européen, de la Commission européenne et du Conseil des États membres pour définir ensemble la voie à suivre dans les décennies à venir.” Alors que le Parlement européen ne s’est pas réuni à Strasbourg depuis plus d’un an en raison de la crise sanitaire, Guy Verhofstadt confirme que “la première plénière de la Conférence va avoir lieu à Strasbourg”.

Une Europe souveraine

Ces consultations seront, selon lui, le moyen “d’éviter que le monde de demain soit dominé par la Chine et les États-Unis”. Et pour cela, il faut “créer une Europe souveraine, capable de se défendre et de défendre les intérêts de ses citoyens”, en “développant la capacité industrielle de l’Union, en développant son rôle politique et géopolitique”, mais également en mettant en place des politiques sociales, comme “l’initiative de la Commission de mettre en place un salaire minimum décent partout dans l’Union”. Alors que la BCE estime que le retour au niveau de richesse de 2019 ne se fera pas avant 2022, après la Chine et les États-Unis, Guy Verhofstadt confirme que la reprise passera par des initiatives “au niveau européen”, et il affirme que le plan de relance de 750 milliards d’euros de la Commission “devra être répété trois fois pour faire aussi bien que les Américains ou que les Chinois” car “c’est ça qui doit être notre ambition”.

Une émission préparée par Mathilde Bénézet, Perrine Desplats, Isabelle Romero et Céline Schmitt.


About the Author



Back to Top ↑