'

Covid-19 : depuis un an, l'Armée de terre française multiplie les désinfections

Face à la pandémie de Covid-19, les missions de désinfection menées par l’Armée de terre se multiplient en France. Parmi les unités habilitées à les effectuer : le 2e régiment de dragons, le seul du pays entièrement spécialisé NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique).

Publicité

Un an après le lancement de l’opération “Résilience” par Emmanuel Macron, l’Armée de terre continue de fournir une réponse logistique et médicale à la crise du Covid-19 en France. Aujourd’hui, le 2e régiment de dragons opère des missions de désinfection ponctuelles. Déployée à Mayotte, l’unité y mène des désinfections préventives. Ces opérations sont toutefois plus limitées qu’au début de la pandémie.

Printemps 2020 : l’apogée de l’opération “Résilience”

Dans la bataille face au Covid-19, l’armée est mobilisée depuis la première vague en mars 2020. Parmi les actions effectuées, l’ouverture d’une structure médicale de réanimation sous tente à Mulhouse (Haut-Rhin), le transfert de patients par voie aérienne ou encore le convoyage de matériel médical et de renforts en Outre-mer.

Ces dernières sont mises en œuvre par le service de santé des armées, mais également par le 2e RD (régiment de dragons). Basé à Fontevraud, ce régiment de cavalerie est spécialisé dans les menaces non conventionnelles. C’est notamment lui qui a effectué la décontamination du célèbre porte-avions Charles-de-Gaulle, dont une partie des marins avaient été testés positifs au Covid-19 le 12 avril 2020. Le régiment avait alors appliqué de la vapeur d’eau à haute température et du produit antivirus dans le navire, dont la taille équivaut à un immeuble de 25 étages. 

Des synergies militaires civiles

Les experts du 2e RD ont également conseillé et contrôlé l’entreprise privée qui a effectué la désinfection de l’Assemblée nationale au printemps 2020. Investi d’un rôle de conseil, le régiment forme aujourd’hui de plus en plus d’entreprises sur les protocoles de désinfection de type Covid-19.

L’intervention du 2e RD, le dernier recours

En tout, 4 000 militaires auront été mobilisés ces derniers mois contre le virus. Le commandant Florent du 2e RD explique : “Notre priorité est d’abord la protection et l’appui NRBC des forces armées. En deuxième lieu, nous pouvons intervenir lorsque les services de sécurité intérieure sont dépassés par un évènement ou une catastrophe”. 

Concernant la vaccination, l’armée et les pompiers vont déployer “au moins ” 35 grands centres de vaccination contre le Covid-19, pour pouvoir être capables d’utiliser toutes les doses qui seront livrées à la France à partir du mois d’avril, a précisé le ministre de la Santé le 22 mars.

Si les soldats du 2e RD se tiennent prêts, le commandant Florent est formel : “Pour le moment, nous n’avons reçu aucun ordre concernant la vaccination”.


About the Author



Back to Top ↑