'

Allemagne : des “guides Covid” pour aider les populations immigrées, plus vulnérables face au virus

Dans le quartier berlinois de Neukölln, particulièrement touché par le Covid-19, la mairie a mandaté des “guides Covid” pour aller au contact des nombreuses populations immigrées et réfugiées. Faute d’information et compte tenu de la promiscuité dans les logements, le risque de contamination au sein de ces populations est deux fois plus élevé qu’ailleurs.

Publicité

L’épidémie de Covid-19 touche particulièrement les populations vulnérables, parmi lesquelles les immigrés et les réfugiés. En Allemagne, dans le district de Neukölln, à Berlin, la mairie de quartier a mandaté des “guides Covid” pour aller au contact de ces populations.

Ces guides, qui maîtrisent cinq langues, sillonnent les rues du quartiers avec leurs brochures, afin de mieux informer. “L’épidémie de Covid est repartie de plus belle, c’est violent”, explique Albert Ngwa, l’un des membres de l’équipe prévention, à une passante. “Nous essayons d’encourager le plus de monde possible à se faire tester.”

Joignable 24h/24, l’équipe prodiguent des conseils, des informations sur les restrictions en vigueur et sur les tests de dépistage gratuits. “Ça marche bien, les gens m’appellent et me demandent ce qu’il faut faire, me disent quand ils ne se sentent pas bien”, explique Albert Ngwa à France 24.

Risque de contamination deux fois plus élevé

“Les réactions sont très positives, car les habitants du quartier ont quelqu’un qui fait le lien entre eux et les autorités sanitaires”, poursuit Taman Noor, chef de l’équipe de prévention Covid de Neukölln.

Dans ce quartier, où vivent plus de 150 nations, le risque de contamination est deux fois plus élevé qu’ailleurs. Le taux d’incidence est également l’un des plus hauts de la capitale. C’est pourquoi la mairie de quartier fait également appel à des figures locales pour relayer les informations sur les réseaux sociaux.

“Les habitants de Neuköll ont pour la plupart des professions qui ne leur permettent pas de faire de télétravail”, explique Martin Hikel, maire du quartier de Neukölln. “À cela s’ajoute la promiscuité dans les logements et souvent trop peu d’informations sur la pandémie.”

Surreprésentation des populations immigrées en réanimation

Ce mélange de réalité conduit inexorablement à une dynamique épidémique plus importante qu’ailleurs. En Allemagne, le corps médical s’inquiète d’ailleurs de la surreprésentation des immigrés dans les salles de réanimation. Selon plusieurs études de l’OCDE, le risque de décès dans ces populations est deux fois plus élevé. Chez ses populations, “une récente étude italienne a montré que les cas de Covid sont détectés plus tard et souvent quand il y a déjà des formes graves et sévères”, précise à France 24 Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE. “Ce qui amène aussi un taux d’hospitalisation et de mortalité plus élevé”.

Un an après le début de la pandémie, les autorités sanitaires allemandes viennent tout juste de lancer une étude sur les origines sociales des malades du Covid-19. De leur côté, les guides de Neuköll, ne demandent qu’à étendre leur mission dans le reste du pays.


About the Author



Back to Top ↑