'

Covid-19 : la Commission européenne propose un “certificat vert” pour circuler au sein de l'UE

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a présenté un projet de certificat sanitaire qui vise à aider les Vingt-Sept “à rétablir la liberté de circulation d’une façon sûre, responsable et digne de confiance”.

Publicité

La Commission européenne a dévoilé, mercredi 17 mars, son projet de certificat destiné à faciliter, pour les personnes vaccinées notamment, les voyages au sein de l’UE en prévision des vacances d’été, déjà promis à des discussions épineuses entre les Vingt-Sept.

Selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, il vise à aider les Vingt-Sept “à rétablir la liberté de circulation d’une façon sûre, responsable et digne de confiance”.

Ce document, qui sera doté d’un code QR, attestera que son titulaire a été vacciné contre le Covid-19, a passé un test PCR négatif ou est immunisé à la suite de son infection. 

Liberté ou règle contraignante?

Même si les campagnes de vaccination sont toujours à la peine, il était réclamé par les pays européens les plus dépendants du tourisme, Grèce en tête. D’autres États en revanche sont plus réticents et refusent notamment des règles contraignantes.

Le certificat pourra être contenu dans un smartphone ou sur un document papier. Il est destiné à “faciliter” la libre circulation dans l’UE, mais ne doit pas être une “pré-condition” à cette liberté. Ainsi les personnes non vaccinées, parce qu’elles ne font pas partie des publics prioritaires ou parce qu’elles ne souhaitent pas l’être, doivent pouvoir continuer à voyager, en étant soumises le cas échéant à des mesures comme la quarantaine. Mais un État qui imposerait aux titulaires de ce certificat une quarantaine, un test, ou les empêcherait d’entrer sur son territoire devrait justifier de cette décision auprès de Bruxelles.

Ce certificat prendra en compte les quatre vaccins contre le Covid-19 autorisés dans l’UE (ceux de Pfizer-BioNTech, de Moderna, d’AstraZeneca-Oxford, et de Johnson & Johnson).

“Mais cela n’empêchera pas les États membres d’accepter les certificats émis pour d’autres vaccins”, selon la version provisoire du texte lue par l’AFP, ce qui ouvre la voie notamment aux vaccins chinois Sinopharm et russe Spoutnik V, que certains pays de l’UE comme la Hongrie ont adoptés.

Il sera valable dans tous les pays européens. La Commission “travaille pour que ce soit fait avant juin”, avait précisé dimanche Thierry Breton, jugeant “primordial” de tout faire “pour préserver la saison touristique”.

Avec AFP


About the Author



Back to Top ↑