'

Covid-19 : à Berlin, des milliers de manifestants “anticorona” font entendre leur voix

Plusieurs milliers de manifestants rassemblés à Berlin ont réclamé, samedi, l’abolition des mesures contraignantes pour combattre le Covid-19. Faute de masque et de respecter les distanciations physiques, ils ont été dispersés par la police, qui a par ailleurs déposé plainte contre l’organisateur.

Publicité

“Bas les masques”, “pas de vaccination obligatoire”, “retour des libertés!”… À Berlin, plusieurs milliers de manifestants ont réclamé, samedi 1er août, l’abolition des mesures restrictives mises en place pour combattre le Covid-19. Estimés à quelque 20 000 par la police, les manifestants ont fini par être dispersés par les forces de l’ordre, faute de porter des masques.

Les participants à ce cortège hétéroclite rassemblant “libres penseurs”, militants antivaccins, conspirationnistes ou encore sympathisants d’extrême droite, étaient bien moins nombreux que les 500 000 annoncés par les organisateurs de cette mobilisation intitulée “La fin de la pandémie – Jour de la liberté”.

La police berlinoise a déposé plainte contre l’organisateur

“Nous sommes la deuxième vague”, “Résistance” ou encore “la plus grande théorie conspirationniste est la pandémie du nouveau coronavirus”, ont notamment scandé les manifestants sous un soleil de plomb.

Dans la foule, peu d’entre eux portaient un masque, selon un journaliste de l’AFP, et la distanciation physique d’un mètre cinquante normalement obligatoire n’était pas respectée.

Après plusieurs semonces de la part des forces de l’ordre exigeant des participants de respecter les gestes barrières, elles ont décidé de dissoudre la manifestation en fin d’après-midi.

“Veuillez vous éloigner rapidement et si possible seul ou en petits groupes de l’ancien lieu de rassemblement”, a tweeté la police berlinoise qui plus tôt avait déjà indiqué avoir déposé plainte contre l’organisateur de l’événement en raison du “non-respect des règles d’hygiène”.

“Il n’y a plus de malades”

Selon les manifestants, ces mesures devraient disparaître. En effet, pour eux, la crise sanitaire est désormais dépassée.

“C’est une pure tactique de peur : je ne vois pas du tout de danger avec le virus”, a affirmé à l’AFP Iris Bitzenmeier. “Je ne connais pas d’autres personnes malades. J’ai connu beaucoup de malades en mars, des skieurs, des vacanciers, il se passait vraiment quelque chose en février, mais maintenant il n’y a plus de malades”.

Un avis que partage Anna-Maria Wetzel, arrivée avec une quinzaine d’amis du Bade-Wurtemberg (sud-ouest) où elle a déjà participé à plusieurs rassemblements similaires à Stuttgart.

“Les gens qui ne s’informent pas d’eux-mêmes, à l’inverse de nous, restent ignorants et croient ce que le gouvernement leur dit. Ils entrent dans la peur que le gouvernement nous met dans la tête. Et la peur affaiblit le système immunitaire”, prétend-elle.

Plusieurs contre-manifestants, dont un cortège de “grands-mères contre l’extrême droite”, ont traité ces militants de “nazis”.

La devise de la manifestation, “Jour de la liberté”, est également le titre d’un film de la réalisatrice nazie Leni Riefenstahl sur la conférence du parti d’Adolf Hitler NSDAP en 1935.

“Covidiots”

Plusieurs responsables politiques ont critiqué cette mobilisation. Saskia Esken, responsable des sociaux-démocrates, parti minoritaire de la coalition gouvernementale avec les conservateurs d’Angela Merkel, a fustigé ces “Covidiots”.

“Sans distance, sans masque : ils ne mettent pas seulement en danger notre santé, mais aussi notre succès contre la pandémie et pour la relance de l’économie, de l’éducation et de la société. Irresponsable!”, a-t-elle écrit sur Twitter.

Le ministre de la Santé, Jens Spahn, lui a emboîté le pas. “Oui, les manifestations doivent également être possibles en période de coronavirus, mais pas comme ça. La distance, les règles d’hygiène et les masques servent à nous protéger tous ; de cette façon, nous nous traitons mutuellement avec respect”.

Le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer s’est lui montré plus compréhensif à leur égard dans une interview à la Passauer Neue Presse: “Bien sûr, il y a toujours des opinions différentes lorsqu’il s’agit d’empiètements sur les droits fondamentaux et de restrictions à la liberté. Mais tout d’abord, c’est normal et ensuite, à mon avis, ce n’est pas la majorité”.

Si l’Allemagne a jusqu’à présent été plutôt épargnée par la pandémie qui y a fait moins de 9 200 morts, les autorités s’alarment d’une lente reprise des infections. Samedi, leur nombre a augmenté de 955 par rapport à la veille, un niveau qui n’était plus atteint depuis le 9 mai, selon l’Institut sanitaire Robert Koch.

Avec AFP


About the Author



Back to Top ↑