'

Rik Daems : “Ce n’est pas acceptable qu’une application soit comme un Big brother”

Ici l’Europe reçoit Rik Daems, élu en janvier dernier à la présidence de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, garante du respect des libertés civiles et de l’Etat de Droit au sein les 47 pays membres de cette institution.

Publicité

Rik Daems craint que les droits et libertés des citoyens n’aient été fragilisés par la crise sanitaire, et que leur vie en soit changée. Il met en garde contre les dérives de l’intelligence artificielle et des applications qui pourraient nuire aux libertés individuelles.

Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe s’insurge, par ailleurs, contre l’augmentation des violences faites aux femmes et les discriminations à l’égard de la communauté LGBT, précisant que l’Assemblée allait prendre des dispositions après les récentes déclarations homophobes de la Pologne.

Il condamne aussi les violences racistes et soutient le mouvement “Black Lives Matter”. Cependant, il considère qu’il ne faut pas nier l’histoire, mais en tirer les leçons pour que les actes commis dans le passé ne se répètent plus.

Enfn, Rik Daems insiste sur le fait que l’environnement est un élément des droits humains.


About the Author



Back to Top ↑