'

Nouveau Premier ministre libyen: gardien de la paix ou provocateur de l’escalade?

Plusieurs médias et sites d’information ont récemment fait état de la possibilité de reporter les élections générales prévues à la fin de cette année en Libye. Il a été divulgué que le nouveau Premier ministre, Abdul Hamid Dbeibeh, faisait certains efforts pour prolonger son mandat lors de ses récentes visites dans les capitales européennes.

Cela a coïncidé avec la scène politique tendue en Libye, notamment au cours de la période récente, et le retard des institutions politiques dans l’obtention d’un certain nombre de droits liés au processus électoral, tels que l’approbation de la règle constitutionnelle, la nomination de nouvelles personnalités à la tête de la les positions souveraines du pays et l’approbation du budget général de l’État.

En réponse à cela, cinq blocs politiques et civils libyens ont mis en garde, dans une déclaration conjointe, contre les conséquences d’un éventuel report de la date de la tenue des élections générales prévues pour le 24 décembre. Ces militants ont appelé à l’adoption rapide de lois pour organiser élections avant le 1er juillet de l’année prochaine, soulignant que «la tenue d’élections à temps est une revendication populaire et un droit démocratique du peuple».

Dans une déclaration adressée à la mission de l’ONU, les membres du Comité de dialogue politique, du Conseil présidentiel et du Gouvernement d’unité nationale ont noté que «les Libyens souffrent toujours de nombreux problèmes politiques, économiques et sociaux qui ont affecté les capacités de leur pays et l’avenir des peuples, en plus de perdre le prestige international de la Libye en raison des conflits politiques des dernières années.

Dans un autre contexte, les répercussions de la crise soulevées par la visite hésitante de la délégation du gouvernement d’unité nationale à Benghazi se poursuivent, alors que le commandement général de l’armée libyenne a répondu aux allégations selon lesquelles la réunion gouvernementale a été interdite dans la ville de Benghazi.

On rappellera que le 28 avril, la milice du général Khalifa Haftar a demandé des excuses au Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibeh pour ses récentes remarques sur la ville orientale de Benghazi. Dbeibeh lors d’une tournée dans la capitale Tripoli où il a rencontré des personnes déplacées de Benghazi a déclaré que «Benghazi reviendra dans son pays d’origine et vous retournerez dans vos familles».

Dans un communiqué diffusé par la chaîne de télévision libyenne Al-Hadath, le commandement général des forces armées arabes libyennes a déclaré avoir «reçu des centaines de demandes de divers segments de la société et de toutes les tribus et familles des martyrs que le Premier ministre, M. Abdul Hamid Dbeibeh, doit présenter des excuses explicites et claires pour ce qui s’est passé lorsqu’il a mentionné la semaine dernière que Benghazi reviendrait dans son pays.

“Ces déclarations sont rejetées et Dbeibeh doit respecter le sang des martyrs qui ont sacrifié leur vie contre le terrorisme et l’extrémisme”, indique le communiqué.

Il est à noter que Dbeibeh et son gouvernement sont soupçonnés d’être influencés dans leurs décisions par des combattants soutenus par la Turquie et d’autres pays. Cela, avec de nouveaux affrontements à Tripoli, des opérations de piraterie et des attaques contre des installations gouvernementales et des centrales électriques, confirme que Dbeibeh s’est écarté du chemin pacifique qu’il avait tracé lorsqu’il a pris ses fonctions. Il est fort possible qu’il soit trop faible ou trop réticent à maîtriser à la fois les militants et son gouvernement


About the Author



Back to Top ↑