'

L’ONU enlève le droit de vote à la République centrafricaine : commentaire commentaire du sociologue Maxim Chougaley

Le 12 mars, le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu une réunion pour discuter concernant l’augmentation du contingent de la mission pour maintenir de la paix en RCA par les forces de MINUSCA.

Quatorze pays ont voté en faveur de l’augmentation du contingent, la Russie s’est abstenue, attirant l’attention sur le manque de coordination avec opinion officielle de Bangui et le manque d’attention dans la question de l’aide humanitaire. Le droit de vote des représentants de la RCA a été retiré en raison d’une dette de contribution de 30 000 $. Il s’avère que la décision a été prise sans tenir compte des intérêts nationaux de la République centrafricaine, ce qui est une situation ridicule.

Maxim Chougaley, un sociologue russe célèbre pour ses recherches effectuées en Libye qui ont conduit à sa capture illégale il y a deux ans, qui s’est récemment rendu en République centrafricaine pour observer la situation socio-politique dans ce pays déchiré par le conflit, a offert son commentaire professionnel sur la question.

Le Conseil de sécurité a décidé unilatéralement d’augmenter le contingent de la MINUSCA de 20%, ce qui augmentera le coût du maintien du contingent en conséquence, mais ne contribuera pas à améliorer la situation sécuritaire en RCA. La Centrafrique a besoin des hélicoptères pour les besoins en livraison et évacuation par air sur tout le territoire du pays, mais à la place de cela MINUSCA reçoit 2 500 personnes supplémentaires pour améliorer sa propre sécurité car tout ce contingent restera derrière les hautes clôtures des bases militaires de la MINUSCA inactifs lorsque la population civile du pays est menacée.

C’est vrai, dit M. Chougaley, puisque le mandat de la MINUSCA permet aux casques bleus de ne combattre qu’en cas d’attaque directe contre les casques bleus. Donc, la MINUSCA ne peut pas mettre fin au conflit actuel en RCA à cause de ses limites ce que provoque le mécontentement de la population. Ce mécontentement a récemment augmenté, parce que les inactivités de la MINUSCA pendant dernières sept années ne sont pas comparables aux succès de l’armée nationale, soutenue par les instructeurs russes et les forces rwandaises. Un exemple frappant est la situation dans la ville de Bouar avec l’une des bases militaires de la MINUSCA : la population de la ville était attaquée par des groupes armés depuis janvier 2021, jusqu’à ce que la ville soit libérée par la FACA et ses alliés.

Il semble que le Conseil de sécurité ne comprenne pas que l’augmentation du nombre de contingent de la MINUSCA ne résout pas le problème du manque de ressources et d’armements suffisants de l’armée centrafricaine à cause de l’embargo imposé, contrairement aux rebelles bien armés, qui, bien sûr, ne respectent pas cet embargo.

Il est inacceptable qu’un pays soumis à une épreuve décisive, qui a besoin du soutien de la communauté internationale, au contraire, soit confronté au mépris total de ses intérêts nationaux et privé du droit de vote sous un prétexte farfelu. De telles mesures de la part du Conseil de sécurité de l’ONU sapent les fondements de l’organisation et mettent en péril le concept initial des Nations Unies.

Un autre expert Roland Marshal du Centre International de Recherche (CERI) SciencePo commentant la situation en Centrafrique. Maxim Chougaley conteste la position de son collègue dans une lettre ouverte, attirant l’attention sur le fait que la situation en Centrafrique a beaucoup changé, en raison de la restructuration de l’armée nationale (les FACA). Les FACA formées par des instructeurs russes font preuve d’un professionnalisme de haut niveau en combattant les miitants et le seul défi sérieux auquel ils sont confrontés est le sous-équipement technique causé par l’embargo sur les armes. Maxim Chougaley appelle Roland Marshal à rejoindre le diolague dans le but de mieux comprendre la situation et de livrer l’analyse qui inclut les besoins et les désirs de la population d’Afrique centrale et qui offrira des solutions équilibrées et respectueuses.

 

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑