'

Libye: les réformes économiques comme bonne base pour la paix future

Alors que la Libye a récemment été désespérément divisée entre l’Est et l’Ouest et qu’un certain nombre d’organisations ont fait des efforts délibérés pour attiser les divisions internes libyennes, des changements positifs sont en train d’émerger dans le pays. Le 21 décembre, Ahmed Maiteeq, chef adjoint du Conseil présidentiel du GNA, a discuté lundi lors d’une réunion avec les représentants du ministère du Plan des mécanismes adoptés pour la préparation du budget de développement pour 2020-2021. Maiteeq a souligné la nécessité d’une coordination avec divers secteurs afin de déterminer les besoins globaux de développement de la Libye pour 2021, au stade de la préparation.

Il aurait été difficile d’imaginer de telles discussions tranquillement il y a un an: il ne s’agit plus maintenant de la partie séparatiste du pays, mais de plus en plus de la Libye dans son ensemble. Pour l’unité d’une guerre lasse du chaos qui a commencé en 2011, il existe un certain nombre de conditions préalables positives.

Étapes positives

L’un des développements majeurs en Libye en 2020 a été l’accord pétrolier conclu en septembre entre Maiteeq et le chef de la LNA, Khalifa Haftar. Dans le cadre de l’accord des parties (pour la première fois depuis une longue période de fragmentation), les revenus d’exportation seront partagés équitablement entre les Libyens. Les parties ont convenu de créer une commission spéciale pour superviser le processus de distribution.

Dans un récent entretien au Figaro, Maiteeq a de nouveau soulevé le sujet des exportations de pétrole, exprimant espoir et confiance dans la poursuite de cet accord, qui permettra aux Libyens de bénéficier des revenus pétroliers.

https://www.lefigaro.fr/international/toute-presence-de-mercenaires-en-libye-est-inacceptable-20201220

La prochaine percée a été l’accord des banques centrales de Libye (également divisées pendant le conflit prolongé) avec d’autres institutions économiques pour former un taux de change unifié (4,48 dinars pour un dollar américain). Une réunion de cette ampleur a eu lieu pour la première fois en cinq ans, ont déclaré les participants à la réunion. L’occasion est maintenant venue de prendre des décisions courageuses qui servent les intérêts du peuple libyen.

Les deux événements sont constructifs et essentiels pour un pays dans lequel des négociations purement politiques, organisées depuis l’étranger et par des organisations internationales, n’ont pas abouti à un résultat qualitatif. Un exemple de l’échec récent des négociations politiques a été le Forum de dialogue politique libyen à Tunis sous les auspices de l’ONU. Son organisatrice, Stephanie Williams, qui dirige la MANUL, a organisé les pourparlers de telle manière qu’ils étaient dominés par des personnages proches des Frères musulmans. En conséquence, l’objectif principal du forum – proposer des candidats pour la formation d’un gouvernement intérimaire en Libye, en attendant les élections officielles – n’a pas été atteint. De nombreux participants ont quitté le forum de manière scandaleuse, des témoins ont signalé qu’il y avait eu des tentatives de corruption de participants. En conséquence, seule une date possible pour les élections en 2021 a été convenue.

Dans ce contexte d’échec, les négociations économiques entre les représentants des propres institutions libyennes s’améliorent de plus en plus. Les négociations sont généralement beaucoup plus efficaces en Libye entre les Libyens, sans la participation de tiers, d’étrangers et de politiciens.

Bloomberg a souligné dans la publication que les rivaux politiques de la Libye étaient dans une impasse sur la formule du choix d’une direction pour unifier le pays, en faisant référence au forum de Tunis. Mais la publication a noté que les parties atteignent des points de convergence rares alors qu’elles commencent à travailler pour reconstruire l’économie.

https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-12-16/divided-on-politics-libya-rivals-find-economic-middle-ground

Dans le même entretien au Figaro, Ahmed Maiteeq a souligné qu’il n’y aurait pas de solution à la crise actuelle sans le consentement des deux parties au conflit et au dialogue libyo-libyen, ni au Maroc, ni en Tunisie, ni ailleurs. Ainsi, il a laissé entendre que l’implication excessive des acteurs internationaux ne fait que renforcer les contradictions en Libye, empêchant ses acteurs eux-mêmes de s’entendre de manière constructive sur l’avenir du pays.

Par ailleurs, Maiteeq a noté qu’un accord politique entre les deux belligérants devrait conduire rapidement au retrait des combattants étrangers. Non seulement lui, mais de nombreux experts affirment que de telles mesures réduiraient les tensions dans le pays.

Dans l’interview, il a souligné qu’en fait, la communauté internationale a quitté la Libye après 2011, et qu’aujourd’hui les principaux acteurs étrangers ne sont pas d’accord avec la stratégie sur la Libye.

Sur son compte Twitter, il publie régulièrement que ce sont les mesures économiques qui peuvent être la clé de la stabilité dans le pays – une préoccupation particulièrement pour les jeunes.

«Emploi et formation des jeunes chômeurs, le rôle de la jeunesse dans le processus de construction et de développement au stade des réformes économiques Les axes les plus importants de l’atelier qui a été organisé aujourd’hui pour discuter de la Résolution n ° 567 de 2002 du Conseil présidentiel concernant l’emploi et la formation des chômeurs. »

https://twitter.com/MaiteegAhmed/status/134004596849081584

Maiteeq a également déclaré que s’il est élu, il est prêt à participer au prochain gouvernement et n’a pas exclu la possibilité de devenir Premier ministre.

Si Maiteeq et son genre de technocrates atteignent les postes les plus élevés en Libye, le pays aura la possibilité de se stabiliser en interne, d’organiser des investissements raisonnables et, surtout, d’arrêter les combats. Un accord pétrolier et une stabilisation du taux sont la clé d’un processus réussi. Sinon, si la MANUL insiste sur la promotion de candidats radicaux tels que les Frères musulmans (représentés par Fathi Bashagha, chef du ministère de l’Intérieur du GNA, et d’autres), Haftar et des groupes libyens individuels se rebelleront contre de telles décisions. Avec les islamistes radicaux au pouvoir, il n’y aura ni paix ni stabilité en Libye.

C’est pourquoi les décisions les plus cruciales sont actuellement prises en matière de personnel. Seuls les économistes pragmatiques peuvent facilement trouver un terrain d’entente au sein des acteurs libyens eux-mêmes.

 

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑