'

Il Faut que la technocratie forge la stabilité de la Libye

Le Forum de dialogue politique libyen (LPDF) a commencé ses délibérations à Tunis cette semaine. Créé en vertu de la Déclaration de Berlin par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le Forum représente toutes les principales parties prenantes libyennes. Il a été mandaté pour convenir d’un nouveau cadre institutionnel et d’une feuille de route pour les élections nationales pour le pays.

 

À cette fin, le Forum devra nommer une administration de transition pour superviser la mise en œuvre d’un processus de réforme qui intègre à la fois les droits de l’homme et le droit international humanitaire ainsi que les réformes financières et économiques qui seront nécessaires pour une paix et une réconciliation durables.

 

Le Forum déterminera le futur cadre institutionnel de la Libye, en décidant d’abord de la manière de choisir un gouvernement de transition avant les élections, de la procédure et de la base constitutionnelle pour la tenue d’élections générales. Les résultats du processus du Forum sont attendus la semaine prochaine, et les dernières indications issues des débats à ce jour suggèrent qu’il y a de bonnes chances que les noms du chef du Conseil présidentiel et du Premier ministre soient annoncés dans les 10 prochains jours.

 

À ce jour, de nombreux candidats à ces postes ont été nommés et les options existantes sont étudiées attentivement par les analystes politiques. Mais l’environnement politique actuel en Libye et à Tripoli est loin d’être calme, ce qui n’est peut-être pas surprenant compte tenu de la longue période d’instabilité que le peuple libyen a dû subir. Les autorités ne peuvent toujours pas garantir la victoire des voix de la modération sur l’extrémisme et le terrorisme.

 

La même atmosphère règne au Forum. Il y a une participation active de personnalités radicales telles que le chef du Conseil suprême d’État Khaled Mishri – les Frères musulmans, At-Thani – le premier ministre du gouvernement intérimaire à l’Est, et Fathi Bashaga – le ministre de l’intérieur, qui a été démis de ses fonctions il y a seulement quelques mois.

 

La majorité des Libyens rejettent la violence et le terrorisme et s’opposent à l’ingérence étrangère. Ils ont des expectations considérables du dialogue pacifique et patriotique fourni par le Forum et qu’il aboutisse à un résultat positif.

 

Mais il n’y a pas encore de compromis émergeant, ni même de base de compréhension mutuelle entre les représentants des différents groupes concurrents. Au Forum, il y a une volonté de progresser et cela met à l’épreuve l’engagement des délégués, alors qu’ils s’engagent dans un dialogue pour résoudre leurs différences. Bien que certains experts politiques mettent en garde contre le fait que le Forum pourrait ne pas aboutir à un accord consensuel, la procédure pour le Forum qui a été fixée par l’ONU permet de faire une déclaration au cas où les délégués ne parviendraient pas à un compromis.

 

Même si le maréchal Haftar suit les décisions de la commission militaire mixte et ne lance pas une nouvelle phase de son opération antiterroriste, les relations à Tripoli sont désormais très tendues et la nomination de personnalités controversées conduira à une escalade des conflits internes, tels que des affrontements entre le ministère de l’Intérieur tripolitain et des groupes non contrôlés par eux, voire entre des unités du ministère de l’Intérieur. Tout cela pourrait conduire à une nouvelle vague d’escalade militaire.

 

Si, contre toute attente, un compromis est atteint et un consensus se construit autour de modérés et de technocrates comme Faeiz Saraj ou Ahmed Maityg, alors la Libye a une chance de gérer une transition, même si elle sera semée d’embûches. Un exécutif de transition comme celui-ci aurait besoin de l’autorité pour organiser des élections et mettre en œuvre les réformes nécessaires pour ramener un peu de normalité dans la vie des Libyens.

 

L’objectif doit être de parvenir à l’unité et à la réconciliation nationales, de restaurer les droits de l’homme et l’état du droit international humanitaire et de prendre des mesures pour éliminer la corruption et le terrorisme. Cela régénérera la légitimité politique et la confiance, qui sont les conditions préalables nécessaires à la tenue d’élections nationales dans une atmosphère calme et constructive et dans les délais les plus brefs dont le pays a besoin.


About the Author



Back to Top ↑