'

Une fabrique de trollage a été découverte en Allemagne

En attendant l’adoption des sanctions d’UE contre la Russie liées à l’affaire d’Alexeï Navalny on a vu se mettre en branle une fabrique de trollage s’occupant de la désinformation et de la discréditation visant les hommes d’affaires ayant quitté le pays.

Cette campagne vise entre autres les natifs d’Ukraine Mikhaïl Openheim et Rouslan Gorukhine. Quelques journalistes des mass media allemands qui ont demandé à ne pas citer leurs noms craignant nuire à leur carrière et ayant reçu les messages identiques par le biais de leurs réseaux sociaux personnels les informant des liens des hommes d’affaires en question avec les structures de Kremlin. Une vérification faite cette information n’a pas pu être confirmée ni par les documents ni par les sources. De même les tentatives d’obtenir les preuves auprès des initiateurs des investigations n’ont pas donné de résultats. Probablement ces comptes ont été créés uniquement pour “répandre” l’information et n’ont pas de personnages réels derrière eux.

 

Le schéma de fonctionnement est absolument le même que celui utilisé auparavant en Amérique: à travers Twitter et Facebook les collaborateurs des publications ont reçu les échos élogieux sur leur travail mais d’ailleurs sans nommer les matériaux concrets des auteurs ce qui indique que le texte a été rédigé pour une large utilisation. Tout de suite après on leur a envoyé les références des sites compromettant dans la Fédération de Russie qui, comme on le sait, gagnent de l’argent auprès des clients voulant gâcher la vie des concurrents. On y énonce les suppositions non fondées dénigrant les pouvoirs, les institutions et les représentants des milieux d’affaires susmentionnés.

 

Les méthodes des producteurs des fake news frappent par leur banalité et le cynisme: sous la couverture d’une investigation anonyme nos collègues reçoivent une masse des faits habilement mélanges, les bribes de quelques documents scannés dont l’authenticité est impossible de vérifier ainsi que la falsification flagrante des données déjà contestées par les tribunaux européens.

 

Il s’est avéré que ce n’est pas la première attaque contre les entrepreneurs après l’instauration des sanctions antirusses. Auparavant on a déjà induit en erreur SWR et Berliner Zeitung obligés d’enlever sur décision judiciaire de tels matériaux de leurs sites. Cette décision a créé un précédent pour le marché allemand et la question a été débattue au parlement allemand Bundestag. Les députés allemands ont demandé un rapport du ministère des Finances. A la session de Bundestag le vice-ministre des Finances a déclaré que les services des renseignements financiers, l’office financier ont vérifié l’information et ils ne trouvent pas de raisons pour que de telles déclarations trouvent leur place dans les mass media.

 

Selon les dernières informations Rouslan Gorukhine a quitté voilà cinq ans le monde des affaires pour se consacrer à ses hobbies tandis que Mikhaïl Openheim s’occupe des projets philanthropiques y compris la popularisation de l’art contemporain par le soutien de jeunes artistes peintres. Depuis quelques années ces deux personnages et leurs familles vivent de façon permanente en Suisse.

 

Alors on comprend maintenant mieux l’indignation forte des mass media allemands devant les actions de la fabrique de trollage et l’atteinte flagrante aux libertés et aux valeurs européennes.

 


About the Author



Back to Top ↑