'

SpaceX : retour sur Terre réussi pour les deux astronautes américains

Un peu plus de deux mois après avoir atteint la Station spatiale internationale (ISS) à bord d’une capsule SpaceX, les deux astronautes américains Bob Behnken et Doug Hurley ont amerri, dimanche sur Terre.

Publicité

“Bienvenue sur Terre”. Les deux astronautes américains en provenance de la Station spatiale internationale (ISS) ont amerri dimanche 2 août dans le golfe du Mexique à bord d’une capsule SpaceX, couronnant de succès cette première mission de démonstration de la société spatiale pour la Nasa.

En moins d’une heure, à bord du Dragon de SpaceX, Bob Behnken et Doug Hurley sont passés d’une vitesse de 28 000 km/h en orbite à une vitesse de 24 km/h au moment de l’amerrissage, quatre grands parachutes s’étant ouverts comme prévu après la brûlante rentrée atmosphérique. Ils ont amerri au large de Pensacola dans le golfe du Mexique, site choisi pour éviter une tempête tropicale dans le secteur.

“Bienvenue sur Terre, et merci d’avoir volé sur SpaceX”, a annoncé le directeur de vol aux astronautes qui ont répondu immédiatement. Bob Behnken et Doug Hurley avaient rejoint deux mois plus tôt l’ISS à bord de cette nouvelle capsule fabriquée par la société américaine privée SpaceX créée par le milliardaire Elon Musk, sous contrat avec la Nasa.

Fin du monopole russe

L’aller-retour réussi vers la Station spatiale internationale (ISS) met fin au monopole russe pour l’accès à l’ISS depuis que les Américains ont mis au garage leurs navettes spatiales, en juillet 2011. La Nasa utilisera la capsule Dragon de l’ordre de deux fois par an pour envoyer quatre astronautes à la fois, dont des non-Américains, un Japonais et l’Européen Thomas Pesquet étant prévus pour les prochaines missions.

>> À voir aussi : Thomas Pesquet : “Il faut se repréparer à passer six mois dans l’espace”

La mission peut sembler un pas modeste dans l’exploration spatiale : “Bob” et “Doug” ne sont allés ni sur la Lune ni vers Mars, seulement dans la vieille station spatiale, à 400 km de la Terre, où Russes et Américains et d’autres vont et viennent depuis 1998. 

La Nasa, pourtant, y voit une “révolution”, car SpaceX va redonner aux États-Unis un accès à l’espace, moins cher que ses programmes précédents. Pour trois milliards accordés depuis 2011 dans le cadre d’un contrat à prix fixe, SpaceX a entièrement développé un nouveau taxi spatial et promis six allers-retours vers l’ISS. Auparavant, l’agence spatiale commandait un véhicule spécifique aux géants de l’industrie, et assumait tous les dépassements budgétaires.

“C’est un moyen pour les Américains de reprendre pied dans l’espace avec leur propre véhicule”, note auprès de France 24, Jean-Loup Chrétien, astronaute au Centre Nationale d’Etudes Spatiales (CNES). 

Deux mois à bord de l’ISS

Après deux mois dans l’ISS, et plusieurs sorties dans l’espace, les deux hommes avaient fait leurs adieux samedi aux trois autres membres d’équipage russes et américain, et quitté la station sans accroc. Ils ont passé la nuit à bord, sans incident, puis ont enfilé leurs combinaisons spatiales pour la rentrée atmosphérique et la fin du voyage, phase la plus périlleuse de la mission.

L’agence spatiale américaine avait décidé de maintenir leur retour malgré la tempête tropicale Isaias, qui charrie des vents violents et de fortes pluies sur la côte est de la Floride. Elle a seulement renoncé au premier site envisagé, situé sur la côte Atlantique plus exposée. 

Un navire de SpaceX, GO Navigator, est sur la zone et doit récupérer l’équipage, qui subira immédiatement des examens médicaux avant d’être ramené sur la terre ferme.

Avec AFP


About the Author



Back to Top ↑