Soleil et douceur exceptionnelle en cette fin février

Nous avons d’ores et déjà connu des journées remarquablement douces depuis la mi-février et ce n’est pas fini. Outre son intensité, cet épisode printanier avant l’heure devrait en effet se prolonger jusqu’à la fin du mois et s’avérer, de fait, exceptionnel par sa durée.


Anomalies de température prévues par le modèle européen via OMSZ

Le courant-jet adopte et adoptera des courbes particulièrement ondulantes, précipitant des tempêtes hivernales sur l’Amérique du Nord, un afflux d’air trop doux pour la saison sous l’effet d’une puissante dorsale en France et sur l’Europe de l’Ouest puis, en contrebalancement, un décrochage d’air froid vers l’Europe de l’Est.


Courant-jet et masse d’air du 21 au 24 février 2019 – Modèle ARPEGE – Météo-France

Ainsi, malgré des nuances, nous devrions durablement garder des températures diurnes dépassant fréquemment 15°C au Nord et 20°C au Sud d’ici la fin du mois (>>).



Aperçu de nos prévisions pour samedi 23, lundi 25 et mercredi 27 février 2019

22 stations météo du réseau principal ont d’ores et déjà atteint 20°C ces derniers jours (notez également les 20,3°C à Alistro en Corse le 14 janvier).

Même si on a déjà connu des épisodes printaniers précoces par le passé (>>), certaines séries sont d’ores et déjà inédites. La température a, par exemple, quotidiennement dépassé 19°C du 14 au 17 février à Clermont-Ferrand (où la normale serait actuellement de 8°C). Au niveau national, les maximales des journées du 16 et du 17 ont atteint respectivement 16,9°C samedi et 17,2°C dimanche selon l’indicateur thermique moyennant les températures de 30 stations météo représentatives. Outre la douceur, cet épisode marque par la répétition de journées très ensoleillées. Des records devraient tomber d’ici la fin du mois. 

Cette douceur intervient après un mois de décembre nettement excédentaire et un mois de janvier légèrement déficitaire.

L’hiver météorologique 2018 / 2019 (du 1er décembre 2018 au 28 février 2019) sera la 11ème saison consécutive plus douce que la normale, depuis le printemps 2016.

Les températures seraient peut-être un peu plus raisonnables mais toujours supérieures à la normale durant la première quinzaine de mars selon le modèle européen initié le 18 février. D’autres modèles simulent néanmoins une baisse des températures plus marquée. A suivre. 


Anomalies de température prévues par le modèle européen via OMSZ

N.B. : Quelques records mensuels de chaleur en février.


 


About the Author



Back to Top ↑