Covid-19 au Maroc : embouteillages, accidents et panique après la fermeture de huit villes

Le Maroc a interdit le 26 juillet l’entrée et la sortie de huit villes du pays – dont Marrakech, Casablanca, Fès, Rabat, Meknes et Tanger – à la suite d’une résurgence de l’épidémie de Covid-19 dans le pays, une mesure annoncée quatre heures avant son entrée en vigueur. Conséquence : des milliers de Marocains ont voulu rentrer de vacances ou partir plus tôt que prévu retrouver leur famille, ce qui a donné lieu à des embouteillages monstres, des accidents et des scènes de panique autour des huit villes concernées.

Dimanche 26 juillet, jour de l’annonce, le royaume chérifien a enregistré 633 nouveaux de coronavirus, portant à plus de 20 000 le nombre de personnes infectées dans le pays. Alors que les mesures de confinement avaient commencé à être assouplies, l’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 10 août. Selon le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani, les Marocains n’ont pas assez respecté les gestes barrière.

Cette fermeture des accès et sorties de huit villes intervient quelques jours avant l’Aïd al-Adha, qui sera célébrée le 31 juillet. Cette fête se fait généralement en famille. Annoncé à 20h le 26 juillet, l’interdiction a pris effet dès minuit, laissant aux Marocains à peine quatre heures pour rentrer chez eux ou rejoindre leurs familles. Très vite, les autoroutes du pays ont été saturées.
 

“Bloqué, bloqué, bloqué. Des kilomètres. De temps en temps, un accident”, dit cet automobiliste dans cette vidéo.
 
Pour certains, cette interdiction a causé de nombreux accidents. Près de Fès, cette vidéo témoigne d’une collision, et des accidents ont aussi eu lieu entre Marrakech et Agadir.
Ce lundi 27 juillet au matin, beaucoup de Marocains étaient encore en transit, provoquant des embouteillages dans le tizi n’Tishka, un col sur la route entre Ouarzazate et Marrakech.

Vidéo prise du haut du tizi n’Tichka. 

Gares routières et ferroviaires prises d’assaut
 

Les transports publics ont aussi été affectés par l’interdiction. La vidéo ci-dessous montre des usagers à la station de bus Ouled Ziane à Casablanca, qui se pressent dans l’espoir de pouvoir quitter la ville avant minuit. Certains ont pu attraper un bus ou un taxi, mais d’autres sont restés à l’extérieur de la station, après minuit
À Tanger, la gare a également été prise d’assaut.

Les autorités n’ont pas précisé quand l’interdiction de sortie et d’entrée dans les huit viles prendrait fin ou si le Maroc allait reprendre des mesures de confinement similaires à celles amorcées au mois de mars.

Article écrit par Pariesa Young
 


About the Author



Back to Top ↑