La Bolivie reporte ses élections générales à octobre en raison de la hausse des cas de Covid-19

Le tribunal suprême électoral bolivien a annoncé jeudi le report au 18 octobre les élections générales prévues le 6 septembre en raison de la hausse du nombre de cas de coronavirus dans le pays.   

Publicité

La Bolivie reporte ses élections générales. Le tribunal suprême électoral (TSE) a annoncé jeudi 23 juillet que le scrutin prévu le 6 septembre était reporté au 18 octobre, en raison de la hausse du nombre de cas de coronavirus dans ce pays andin.

“La date définitive des élections réunit de meilleures conditions pour protéger la santé, faciliter le vote à l’étranger et l’arrivée de missions d’observation internationales”, a indiqué le président du TSE, Salvador Romero. Ce dernier a aussi mis en avant des rapports médicaux selon lesquels le pic de la pandémie était attendu entre fin août et début septembre en Bolivie.

Selon lui, un éventuel second tour aurait lieu le 29 novembre et la prise de fonction des nouvelles autorités en décembre. Cette décision est le “fruit de considérations d’ordre légal, scientifique et politique”, a ajouté le président du TSE, au moment où la Bolivie enregistre plus de 64 000 cas de Covid-19, dont 2 328 décès.

Élire un nouveau président

Ces élections générales, auxquelles l’ex-président Evo Morales ne peut pas se représenter, visent à élire le chef de l’État, le vice-président ainsi que 36 sénateurs et 120 députés. Initialement prévues le 3 mai, elles ont été reportées en raison de la pandémie de Covid-19. Les Boliviens seront donc appelés à retourner aux urnes un an après les dernières élections d’octobre 2019.

Au pouvoir depuis 2006, l’ancien président socialiste Evo Morales s’était alors proclamé vainqueur de ce scrutin pour un quatrième mandat, mais l’opposition avait crié à la fraude.

Après des semaines de manifestations, lâché par la police et l’armée, Evo Morales avait démissionné le 10 novembre et quitté la Bolivie. Exilé depuis en Argentine, il est sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par le parquet bolivien. Les autorités ont averti qu’il serait immédiatement arrêté s’il revenait dans le pays.

Avec AFP


About the Author



Back to Top ↑