L'Argentine en défaut de paiement, les négociations sur sa dette se poursuivent

En n’honorant pas une échéance de 500 millions de dollars, l’Argentine est de nouveau entrée en défaut de paiement, vendredi. Les négociations concernant une restructuration de 66 milliards de dollars de sa dette se poursuivent.

Publicité

Pour la neuvième fois de son histoire, l’Argentine est entrée en défaut de paiement. Buenos Aires n’a pas pu honorer, vendredi 22 mai, une échéance de 500 millions de dollars. Mais la négociation pour la restructuration de 66 milliards de dollars de sa dette se poursuit.

“Nous ne payons pas (les intérêts), mais les négociations continuent”, a déclaré à l’AFP une source au sein du gouvernement argentin.

À la Bourse de Buenos Aires, l’indice Merval était en baisse de 1,03 %, vendredi, à la clôture. Au cours de la semaine, la Bourse était pourtant montée de 3,99 %, tandis que les discussions entre le gouvernement argentin et les créanciers se poursuivaient.

Une dette qui atteint les 90 % du PIB

Le gouvernement du président de centre-gauche Alberto Fernandez cherche à conclure un accord avec les détenteurs d’obligations argentines, sans déclencher “l’artillerie du défaut”.

Tard jeudi soir, le gouvernement avait déjà annoncé prolonger pour la seconde fois le délai qu’il avait fixé pour la restructuration, en désignant le 2 juin comme nouvelle échéance. Cette prolongation de seulement dix jours semble montrer que le gouvernement argentin et ses créanciers pourraient être proches d’un accord, bien que la nouvelle date limite ne soit pas forcément définitive, comme l’a précisé le gouvernement, jeudi.

“Il y a encore une distance importante à parcourir mais le plus important est que toutes les parties restent à la table (de négociation) pour trouver une solution”, a déclaré, vendredi, le ministre argentin de l’Économie Martin Guzman.

La prolongation des discussions “offre de la flexibilité pour le cas où (l’Argentine) déciderait dans les prochains jours des modifications (de ses propositions) pour parvenir à un accord soutenable avec nos créanciers”, a souligné Martin Guzman.

Les tractations devaient aboutir à l’origine au plus tard le 8 mai mais, en l’absence d’accord, elles avaient été étendues jusqu’à vendredi, date à laquelle était dû le paiement d’intérêts de 500 millions de dollars.

Au total, la dette argentine atteint 324 milliards de dollars soit près de 90 % de son PIB.

Avec AFP


About the Author



Back to Top ↑